La photographie au flash est une discipline mal comprise que bon nombre d’entre vous ont beaucoup de mal à appréhender. Je vais tenter de vous réconcilier avec le flash qui peut paraître difficile à maitriser pour certains.

Avec la monté exceptionnelle en sensibilité des appareils photos d’aujourd’hui, nous pourrions nous demander pourquoi utiliser un flash. Sachez que dans certaines circonstances, vous n’aurez tout simplement pas le choix.

Quand la lumière vient à manquer, l’ajout d’une source lumineuse artificielle est le passage obligé. Le flash peut s’utiliser de plusieurs façons différentes et peut même devenir votre outil principal de travail photographique.

Ce sujet est tellement vaste que je n’aborderais pas toutes les techniques avancées du flash.

Dans ces prochaines lignes, je vais simplement vous expliquer les bases de la photo au flash pour qu’à la fin de cet article, vous soyez en mesure de savoir comment photographier au flash facilement.

Comprendre la puissance de la lumière

loi-carre-inverse-photographie

Afin de mieux comprendre comment la lumière réagit en fonction de la distance qui sépare la ou les sources d’éclairages du sujet, il faut s’intéresser à une règle fondamentale ; celle de la loi inverse du carré. Selon celle-ci, la puissance de la source d’éclairage est inversement proportionnelle au carré de la distance.

Prenons un exemple : Je place ma source d’éclairage à la puissance maximale à un mètre de mon sujet. Maintenant, je double cette distance, soit deux mètres. A votre avis, quelle quantité de lumière atteindra mon sujet ?

La logique voudrait que la moitié de la puissance l’atteigne. Manque de bol, ça ne fonctionne pas comme ça. C’est là qu’intervient la loi du carré inverse de la distance.

En suivant cette loi, la puissance de la source lumineuse sera inversement proportionnelle au carré de la distance. Reprenons l’exemple ci-dessus, la distance que nous avons doublée est de deux mètres. Pour savoir la quantité de lumière qui atteindra notre sujet, il nous faut calculer son carré, soit quatre.

L’inverse sera donc un quart de la puissance d’origine et non la moitié comme la logique l’aurait voulue.

En clair, si on double la distance Flash/Sujet, il faudra quadrupler la puissance.

L’exposition au flash

flash-exposition

photo credit: micsalac via photopin cc

Le problème classique que beaucoup de débutants rencontrent c’est d’avoir un sujet bien éclairé, voir trop éclairé mais avec un fond sombre.

Ce n’est pas un problème en soi, mais un paramètre non assimilé par le photographe débutant.

Il faut savoir que les paramètres d’expositions en lumière naturelle sont les mêmes que pour exposer au flash, à l’exception d’un seul, la vitesse.

Pour simplifier et pour vous permettre d’avancer rapidement dans la compréhension de l’exposition au flash, il est impératif de connaître et de surtout de retenir les règles suivantes.

  • L’ouverture du diaphragme permet de contrôler la puissance du flash nécessaire à éclairer un sujet. Elle joue également sur l’exposition générale de l’image.
  • La distance entre le flash et le sujet permet de contrôler la quantité de lumière arrivant sur celui-ci.
  • La sensibilité permet d’augmenter la puissance du flash mais aussi l’exposition générale de l’image. Je vous conseille de rester à des valeurs basses quand vous utilisez un flash.
  • La vitesse d’obturation au flash permet de définir combien de temps la lumière ambiante sera présente sur la photo, et uniquement celle-ci.

C’est avec cette dernière règle que vous devez porter toute votre attention. C’est elle qui vous permettra de mixer la lumière ambiante à celle du flash pour un rendu naturel 😉

Pour faire simple, plus la vitesse est basse, plus la quantité de lumière est importante et visible sur l’image. Attention, je le dis et je le répète, elle n’influence en aucun cas l’exposition du flash 😉

Quel mode choisir pour ses photos au flash

Si vous voulez comprendre comment la lumière réagit, la meilleure façon est de passer en mode manuel sur votre appareil photo. J’entends déjà des hurlements de certains qui diront que c’est une mauvaise idée pour débuter au flash.

Ce n’est pas une obligation mais pour ma part, j’ai commencé comme ça et je travaille toujours comme ça. J’ai appris très rapidement à utiliser un flash en mode manuel pour me rendre compte par moi même comment la lumière réagit.

Le principal avantage de ce mode est d’avoir le contrôle sur tous les paramètres. Si vous avez bien suivi les règles ci-dessus, vous verrez que ce n’est pas très compliqué 😉 Vous avez bien sûr la possibilité de passer en mode automatique, mais je vous le déconseille, car vous ne pourrez pas maitriser la lumière comme bon vous semble.

Vous pouvez néanmoins choisir de travailler en mode priorité ouverture, qui par conséquent vous permettra de doser la puissance du flash et choisir la profondeur de champ.

La vitesse sera alors modifié automatiquement en fonction de la luminosité pour obtenir une exposition correcte, mais pas forcément celle que vous souhaitez. Vous n’aurez donc pas de contrôle total sur la lumière ambiante.

Le mode TTL sur le flash

C’est un mode automatique de mesure de la lumière qui est calculée à travers l’objectif. Ainsi quand ce mode est activé, il permet au flash de déterminer le bon dosage de la puissance par rapport à la distance du sujet, en fonction de l’exposition générale de l’image et de la nature du sujet, s’il est clair ou sombre et de sa réflexion.

Je vous conseille de rester en TTL lorsque vous utilisez votre flash sur le boitier de l’appareil photo, même si la meilleure façon de comprendre le fonctionnement d’un flash reste le mode manuel.

Le mode Manuel sur le flash

C’est vous qui contrôlez la puissance du flash par valeurs incrémentales. L’objectif est de trouver l’ouverture adéquate par rapport à la distance Flash/Sujet pour obtenir une exposition correcte. Pour ce faire, il suffit de renseigner la distance Flash/Sujet sur le flash en mode manuel. Vous obtiendrez la valeur d’ouverture à utiliser.

Lorsque le flash est utilisé en déporté, donc hors du boitier, c’est la meilleure solution à adopter pour maitriser la lumière. Je ne parlerai pas de cette la technique du strobisme ici, mais il fera l’objet d’un article complet et dédié.

La correction d’exposition au flash

Cette fonction permet d’augmenter ou diminuer la puissance du flash afin d’exposer correctement une image au flash. C’est à vous de trouver l’équilibre pour votre sujet. L’arrière plan sera quant à lui exposé grâce à la vitesse d’obturation.

Les modes de synchronisation

Rappelez-vous de cet arrière plan sombre que vous avez pu voir un jour sur vos photos prisent au flash, et bien c’est à cause de la Synchro-X.

La vitesse Synchro-X est la vitesse d’obturation la plus rapide qui permet au premier rideau de l’obturateur de découvrir totalement le capteur.

Il faut savoir que lorsqu’on photographie avec un flash, la durée de l’éclair de celui-ci doit être synchronisée avec l’ouverture de l’obturateur de l’appareil photo. Il existe plusieurs modes de synchronisations, pour des utilisation différentes.

Synchronisation au premier rideau (Front Curtain Sync)

C’est le mode par défaut sur lequel est réglé votre appareil photo. Le flash envoie un éclair de courte durée dès lors que le premier rideau s’ouvre et dévoile entièrement le capteur. En général, la vitesse synchro est limité à 1/250ème de secondes, mais pas tout le temps, cela dépend de l’appareil photo.

Il faut bien retenir que si la vitesse d’obturation est inférieure ou égale à la Synchro-X, la lumière du flash illumine toute la surface du capteur.

Par contre si la vitesse d’obturation est plus rapide que la vitesse de synchronisation, seulement une partie du capteur sera éclairée par l’éclair du flash, laissant apparaître le rideau sur la photo.

Ceci dit, ce mode est parfaitement adapté à la plupart des prises de vues. Cependant, lorsque vous voulez faire des photos d’un sujet mobile avec une vitesse d’obturation lente, choisissez plutôt le mode de synchronisation au second rideau.

Synchronisation au deuxième rideau (Rear Curtain Sync)

Son fonctionnement est très simple, puisque contrairement à la synchronisation au premier rideau, le passage de l’éclair du flash arrive avant que le deuxième rideau ne commence à recouvrir le capteur de votre appareil photo.

Comme je viens de vous le dire ci-dessus, ce mode est particulièrement intéressant pour faire de photos avec des vitesses lentes sur des sujets mobiles afin de lui donner une impression de mouvement.

Synchronisation haute vitesse (HSS ou FP)

Afin de dépasser la vitesse synchro-x, les constructeurs ont mis au point une technique permettent d’utiliser des hautes vitesses. Souvenez-vous que normalement le flash en mode normal émet un seul éclair pour venir illuminer le capteur. Avec ce mode, le flash émet plusieurs éclairs successifs, rapides et de faibles puissances.

Afin de pour pouvoir profiter convenablement de la synchro haute vitesse, il vous faut un flash suffisamment puissant car sa puissance maximale chute énormément avec cette technique.

Vous pourrez tout de même utiliser toutes les vitesses qui dépasse la vitesse synchro-x jusqu’à la limite de votre appareil photo. Ces hautes vitesses servent à figer l’action, même en plein soleil. Très utile pour équilibrer les sujets peu lointain en contre-jour.

En choisissant des vitesses d’obturation élevées, vous pouvez sélectionner des ouvertures plus grandes afin de restreindre la profondeur de champ. Attention aux diffuseurs sur le flash qui feraient chuter un peu plus la puissance.

Enfin rappelez-vous d’une chose : Plus la puissance du flash est faible, plus l’éclair est rapide, et inversement.

Les caractéristiques du flash et les différentes façons de l’utiliser

Quand il y a peu de lumière, le flash peut vous servir de source lumineuse additionnelle principale. A l’inverse, lorsque la lumière ambiante est abondante, beaucoup de débutants ne pensent pas à utiliser le flash de leur appareil photo. C’est bien dommage car il peut souvent vous sauver une image.

Cette technique appelé « Fill-in« , consite à équilibrer l’éclairage du flash et la lumière ambiante. Elle permet de déboucher les ombres dures que le soleil peut provoquer ou pour déboucher les ombres lors de contre-jour. N’hésitez pas à vous servir de la correction d’exposition 😉

Le flash intégré est un élément présent sur beaucoup d’appareil photo. Il peut s’utiliser en éclairage principal mais vous serez très limité par ses fonctions.

  • Il procure souvent une lumière forte et écrasante de près.
  • Il est trop peu puissant pour permettre d’éclairer un sujet éloigné.
  • Il n’est pas orientable, et ça c’est un vrai handicap.
  • Il procure des ombres dures sans relief.
  • Le flash intégré est trop proche de l’axe de l’objectif, il accentue l’apparition des yeux rouges.
  • Vignettage et ombres portées lors de l’utilisation de grand-angle ou en utilisation photo macro.

 Le flash cobra est sans doute celui qui est le plus adapté pour être utilisé en éclairage principal sur l’appareil photo. Il sera aussi d’une grande efficacité pour le Fill-in.

  • Il est puissant, et permet d’utiliser de plus petites ouvertures, contrairement au flash intégré.
  • Il est orientable, pivotable. L’interêt est de créer une lumière principale directe ou indirecte afin de diffuser sa lumière.
  • Sa lumière étant plus éloigné de l’axe optique, l’apparition des yeux rouges est très limité.
  • Il peut être déporté avec ou sans fil pour créer des éclairages plus créatifs.
  • Il peut recevoir des accessoires pour modeler la lumière, la diffuser, la colorer ou la concentrer.
  • Le flash cobra dispose en général d’un diffuseur intégré et d’une languette faisant office de réflecteur.

Cet article s’arrête là, merci de l’avoir suivi, j’espère que vous aurez appris des choses, et même s’il reste encore de nombreuses choses à dire sur le flash, je n’en ai pas fini avec lui 😉

Comment exposer au flash
4.6 (92.5%) 16 votes

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Commentaires
3 Réponses aux commentaires
0 Followers
 
Most reacted comment
Discussion la plus commentée
6 Auteurs de commentaires
FrancineBénomard Jean-JacquesSebMollyApprendre la photographie Derniers commentateurs
Yannick Rétif
Yannick Rétif

bien vulgarisé et complet. Bel article !

Apprendre la photographie
Apprendre la photographie

🙂 Merci !

Molly
Molly

Bonjour. Pour moi premiere utilisation du flash en déporté une veritable galere tres complique de gérer la lumière ambiante ainsi que celle sur le modele. La lumière sur sa carnation était trop chaude alors que le flash est censé être froid ( j avais pourtant règle ma balance des blancs correctement ) je vais lire vos articles en espérant mieux comprendre tout ca ! Merci 🙂

Francine
Francine

Super bon article!
Je prends des notes.
Merci beaucoup!