La macrophotographie est une excellente façon de voir le monde tel que vous ne l’avez jamais vu auparavant. 

Grâce à elle, l’infiniment petit vous révèle des choses que vous ne soupçonnez sans doute pas.

Pour cela, l’objectif macro reste l’outil de référence en la matière grâce à la qualité optique qu’il procure, mais qui n’est malheureusement pas à la portée de toutes les bourses. 

C’est pourquoi je vous propose des solutions pratiquer la macro à moindres frais si vous ne souhaitez pas investir dans un objectif macro.

Les méthodes et accessoires que je vais vous présenter dans cet article vous permettront de découvrir la macrophotographie et d’obtenir des photos dignes d’un vrai objectif macro.

La bague d’inversion

Retourner son objectif est de loin la plus inhabituelle des façons pour prendre des photos.

Pourtant, il s’avère être l’un des moyens les plus faciles de faire de la macro pas chère avec un objectif que vous possédez déjà.

Vous en doutez peut-être, mais sachez que c’est techniquement possible grâce à la bague d’inversion. À l’apparence d’un filtre sans élément optique, la bague d’inversion préserve la qualité d’image de votre objectif.

Vissée à l’avant de votre objectif, elle vous permet d’obtenir un objectif à fort grandissement une fois celui-ci monté à l’envers. 

À savoir que plus vous utiliserez une focale courte, plus le facteur de grandissement sera élevé une fois l’objectif inversé.

Si vous débutez, je vous recommande d’utiliser une focale de 50 mm pour obtenir un rapport de grandissement d’environ 1:1, comme sur un véritable objectif macro.

Autrement dit, les sujets que vous photographierez apparaîtront à taille réelle sur vos images.

Vous pouvez très bien utiliser un objectif 18-55mm monté à l’envers pour commencer et je vous assure que vous obtiendrez de bons résultats, comble démontre l’image ci-dessous.

Photo prise avec une bague d’inversion et un objectif 18-55mm sur un boitier D3300 par June Aubrey Young

Si vous possédez un objectif 50mm à focale fixe, c’est encore mieux. N’hésitez pas à l’utiliser avec une bague d’inversion car la qualité des images vous surprendra.

Grâce à sa grande ouverture, vous obtiendrez un bokeh très doux avec de belles couleurs.

Photo prise avec un objectif 50mm + une bague d’inversion par Sameeran Nath

Au-delà de cette focale, les rapports de grandissements seront plus élevés et cela deviendrait très compliqué de réaliser des prises vues, surtout si vous débutez en macro.

Ceci étant, l’opération n’est pas sans contraintes, puisque l’inconvénient majeur de la macrophotographie inversée est la perte tous les automatismes. 

Cela signifie que vous ne pourrez ni changer l’ouverture du diaphragme ni utiliser l’autofocus de votre appareil photo de façon automatique. 

En macrophotographie, nous utilisons rarement la mise au point automatique, donc ce n’est pas un véritable problème et nous préférons faire la mise au point manuellement pour plus de précision.

Par contre, le contrôle de l’ouverture du diaphragme pose un réel handicap, sachant qu’aucune donnée vers le boîtier n’est transmise.

Fort heureusement, il existe une astuce appréciable pour choisir l’ouverture désirée.

Voici les étapes que vous devez effectuer pour définir l’ouverture lorsqu’un objectif est doté d’une bague d’inversion.

  • Montez votre objectif normalement.
  • Passez en mode manuel et choisissez l’ouverture que vous souhaitez utiliser.
  • Appuyez sur le bouton testeur de profondeur de champ. Vous pouvez remarquer la profondeur de champ au moment de la prise de vue.
  • Tout en maintenant ce bouton appuyé, démontez l’objectif. 
  • Retournez l’objectif avec la bague d’inversion et montez-le sur le boîtier.

Et voilà, la valeur du diaphragme reste fermée à la valeur que vous avez choisie.

Vous pouvez dès à présent découvrir le monde merveilleux de la macrophotographie.

Objectif 50mm fixe + bague d’inversion par kadri engin

Si vous n’avez pas peur de perdre les automatismes, je vous encourage sérieusement à essayer la technique de l’objectif inversé pour faire de la macro pas chère.

Et oui, car la bague d’inversion vous coûtera une dizaine d’euros tout au plus, ce qui en fait la solution la moins coûteuse pour transformer un objectif quelconque en un véritable objectif macro

Avant d’acheter n’importe quelle bague, je vous conseille de choisir une bague d’inversion métallique plutôt qu’en plastique.

Notez enfin le diamètre du filtre de l’objectif que vous voudrez utiliser lors de la mise en place de la bague d’inversion.

Bague d'inversion de 49mm pour monture Canon
3 Commentaires
Bague d'inversion de 49mm pour monture Canon

  • Bonne qualité de fabrication
  • Tout en métal
  • Diamètre de 49mm, idéal pour un objectif 50mm f/1.8 STM Canon
  • Existe en plusieurs diamètres
  • Disponible en différentes montures

Les bagues allonges

Également appelées tubes allonges, ces bagues s’intercalent entre l’objectif et l’appareil photo.

Le fait d’augmenter la distance entre le capteur de l’appareil photo et l’objectif permet de réduire la distance de mise au point. Cela a pour but d’augmenter le rapport de grandissement.

Comme pour la bague d’inversion, aucun complément optique se trouve dans les tubes, conservant ainsi la qualité d’image de votre objectif.

Les tubes allonges sont disponibles en différentes épaisseurs et peuvent être empilés ensemble pour créer de multiples combinaisons.

Vous pouvez même renverser votre objectif avec une bague d’inversion pour obtenir un rapport de grandissement plus important.

Vous devez garder en tête que plus la longueur des tubes est grande, plus le rapport de grandissement est élevé, causant une perte de luminosité plus ou moins importante. 

Pour compenser cette perte, vous devrez augmenter la sensibilité ou jouer sur la vitesse d’obturation.

Vous pouvez également utiliser un ou plusieurs flashs pour apporter suffisamment de lumière et avoir des images de meilleures qualité.

Comme les bagues allonges sont relativement bon marché, c’est un excellent moyen de se lancer dans la macrophotographie sans avoir besoin d’un objectif dédié.

Photo prise avec un objectif 50mm f/1.8 Canon + 3 bagues allonges par Swaroop Singha Roy

Mais avant que vous décidiez d’acheter n’importe quel kit vendu dans le commerce, je vous mets en garde concernant la qualité de fabrication, et vous recommande de choisir des bagues comportant du métal plutôt que tout en plastique.

La qualité d’usinage des pièces est également à prendre en compte pour assurer un assemblage parfait, une bonne stabilité et une certaine sécurité pour votre matériel photo.

Avant de choisir n’importe quel kit, vous devez savoir qu’il existe deux types de bagues allonges.

Les plus courantes sont les bagues dépourvues de contacts électriques, ne transmettant pas les données de l’objectif à l’appareil photo.

Peu couteuses, elles vous obligent à travailler entièrement en manuel dans le cas où vous disposez d’un objectif équipé d’une bague de diaphragme.

Dans le cas contraire, vous devrez acheter des bagues allonges qui conservent les automatismes de l’objectif, plus chères, mais qui permettent le réglage de l’ouverture et la mise au point autofocus. 

Bagues allonges + objectif 50mm Canon par Mostafa Ghroz

Les bagues allonges sont généralement vendues en kit de trois tubes, de tailles différentes (12mm -20mm – 36mm) sont une autre façon de faire de la macro pas chère.

Si vous souhaitez des bagues allonges de qualité, je vous suggère les tubes Kenko DG, qui restent la référence.

Bagues allonges macro Kenko Teleplus DG AF
50 Commentaires
Bagues allonges macro Kenko Teleplus DG AF

  • Trois bagues allonges de 36mm + 20mm + 12mm
  • Ce kit de tubes allonges conserve tous les automatismes
  • Disponibles pour Nikon, Canon et Sony

Les bonnettes macro ou filtres close-up

Contrairement à la bague d’inversion et aux bagues allonges, les bonnettes macro comportent des lentilles convergentes, agissant comme une loupe pour réaliser des images en gros plan. 

Une fois vissée sur l’objectif, la bonnette macro réduit la distance de mise au point minimale de votre objectif de façon à ce que vous puissiez photographier au plus près du sujet.

Pour connaître le grossissement d’un filtre close-up, vous devez prendre en compte sa valeur, exprimée en dioptrie.

Plus le nombre est élevé, plus vous serez près de votre sujet, de même que la focale et la distance minimale de mise au point de votre objectif auront une influence sur le grossissement du sujet.

Kit de trois filtres close up Hoya HMC

Maintenant que vous savez comment fonctionne une bonnette, vous devez choisir le meilleur de vos objectifs pour conserver une bonne qualité d’image.

L’idéal est d’opter pour un objectif à focale fixe afin de profiter de son rendu qualitatif et de sa grande ouverture.

Photo prise avec un objectif Nikon 50mm f/1.8 + une bonnette macro Raynox 250 par Kolev Nikola

À défaut d’avoir ce type d’optique, vous pouvez utiliser une bonnette sur un objectif zoom.

Assurez-vous simplement de connaître le diamètre du filtre de votre objectif pour qu’il corresponde à celui de la bonnette.

À noter aussi que les filtres close up peuvent s’empiler afin d’augmenter le grossissement. 

N’espérez pas pour autant obtenir un rendu incroyable en faisant cela, car une dégradation de la qualité d’image peut se produire s’ils sont trop nombreux. 

C’est pour cette raison que je vous recommande d’éviter d’empiler plus de trois filtres à la fois. 

Néanmoins, les bonnettes macro s’avèrent être un excellent choix pour découvrir l’univers de la macrophotographie.

Légères et compactes, elles se glissent très facilement dans le coin d’un sac et peuvent être utilisées rapidement lors d’une sortie photo macro improvisée.

En plus d’être abordables, les filtres close-up produisent généralement une qualité d’image honorable.

Photo prise avec une bonnette Raynox DCR 250 et un objectif 50mm f/1.8 Canon par Mirza Buljusmic

Pour ne pas vous tromper, sachez qu’il existe différentes marques qui sortent du lot et qui présentent un gage de qualité. On peut citer les marques Hoya, Canon et encore Raynox

Bonnette macro Raynox DCR-250
50 Commentaires
Bonnette macro Raynox DCR-250

  • Le rapport de grossissement est de 8 dioptries
  • Diamètre du filtre : 49mm
  • Adaptateur universel de 52mm à 67mm inclus
  • Excellent rapport qualité prix

Attention tout de même à ne pas choisir des « culs de bouteilles » à deux euros provenant de marques aux noms exotiques, car vous vous doutez bien qu’à ce prix, la qualité ne peut pas être au rendez-vous.

Les bonnettes ne valent évidemment pas la qualité d’un vraie objectif macro.

Toutefois, pour un usage occasionnel et à moindre coût, vous aurez de quoi faire de bonnes photos macro.

Le soufflet macro

Le soufflet est un dispositif macro datant de l’époque argentique, mais qui est toujours utilisé en numérique pour obtenir de forts grossissements.

 

Il utilise le même principe qu’une bague allonge, c’est à dire augmenter le tirage, vous permettant de vous rapprocher très près du sujet. 

Cependant, le soufflet est différent des tubes allonges dans le sens qu’il possède un corps de type accordéon, offrant plus de souplesse sur le tirage. 

De plus, grâce à son système de crémaillère, le soufflet permet de réaliser une mise au point très précise.

Les rapports de grandissements avec un soufflet peuvent être très élevés en fonction de la focale utilisée, au point de réduire considérablement la luminosité ainsi que la profondeur de champ.

L’astuce pour étendre la zone de netteté et obtenir une image très détaillée est d’utiliser la technique du stacking.

Cette méthode consiste à faire plusieurs photos en faisant la mise au point à différents endroits de l’image. Ensuite, il suffit d’assembler ces photos dans un logiciel pour augmenter la profondeur de champ.

Pour illustrer mes propos, voici le type d’image que l’on peut obtenir avec un soufflet, un objectif pour microscope Nikon BD Plan 10x/0.25 210/0 et la technique du stacking.

Je ne vous cache pas que cela demande un travail minutieux, mais en macrophotographie, la patience est le maitre mot, alors avis aux amateurs de macro extrême.

85 images – Stacking – Soufflet –  Nikon BD Plan 10x/0.25 210/0 – Heliophanus par Haris Prin

Le soufflet étant plus encombrant que des bagues allonges, l’emploi d’un trépied est obligatoire pour assurer une stabilité optimale.

Ainsi, de nombreuses combinaisons complexes peuvent être mises en place pour photographier des sujets immobiles uniquement.

La plupart des soufflets macro que vous trouverez sur internet ne possèdent pas de contacts électriques et fonctionnent manuellement.

Vous devrez disposer d’un objectif avec une bague de diaphragme pour tirer pleinement parti du soufflet.

Ce n’est pas vraiment un problème puisque vous pouvez trouver sur le marché de l’occasion des optiques compatibles avec votre matériel pour quelques dizaines d’euros, notamment des 50mm fixes pour commencer.

Soufflet macro pour Canon

  • Tirage extensible de 38mm à 147mm
  • Entièrement manuel

Il existe des soufflets conservant tous les automatismes mais sont très onéreux.

Enfin, vous devez retenir que la perte de luminosité est évidement très importante lorsque le soufflet est déployé à son maximum.

Un apport de lumière est alors indispensable pour éclairer suffisamment votre sujet lors de la prise de vue.

La chose la plus importante à retenir ici, c’est que vous n’avez pas besoin d’avoir un gros budget pour essayer la macrophotographie. 

Les solutions ci-dessus n’ont rien à envier aux objectifs macro et permettent de faire de très belles photos macros sans vous ruiner.

Un livre pour apprendre à photographier au-delà du rapport 1:1

La macrophotographie, au-delà du rapport 1:1
26 Commentaires
La macrophotographie, au-delà du rapport 1:1

Une mine d'or pour celui qui aime la macrophotographie

Alors, quel matériel avez-vous choisi pour faire de la macro pas chère ?

4 accessoires pour pratiquer la macro à moindre frais
5 (100%) 1 vote

Poster un Commentaire

avatar