Le mode manuel est considéré par de nombreux photographes comme le moyen ultime pour réussir à tous les coups leurs images. 

Ont-ils raison de l’utiliser ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. 

Mais avant de découvrir pourquoi et de rentrer dans le vif du sujet, je suis presque sûr que vous avez déjà entendu certaines personnes vous dire les choses suivantes.

Le mode manuel ne doit pas être utilisé par les débutants car qu’il est trop complexe à utiliser. 

D’autres personnes vont quant à elles vous dire le contraire et vous vanter les mérites du mode manuel car selon eux c’est le seul mode qui permet de faire les meilleures photos. 

Face aux recommandations des uns ou des autres, les avis divergent et beaucoup de débutants se sentent perdus, ne sachant plus qui croire au final.

En attendant, ces personnes là perdent beaucoup de temps dans leur apprentissage et ne progressent pas correctement.

Pourtant, nombreux sont les photographes qui débutent pensent encore que le mode manuel est celui qu’ils doivent utiliser car les professionnels l’utilisent. 

Raisonner ainsi n’a évidemment aucun sens, mais souvent lorsqu’on débute dans quelque chose, on cherche à trouver le meilleur moyen pour réussir.

En photo, c’est un peu pareil, certaines personnes sont convaincues que c’est sûrement mieux pour réussir leurs images.

Il est vrai que certains photographes ne jurent que par ce mode car pour eux il est simple à comprendre et plus facile d’utilisation. 

Mais est-ce le cas de tous les photographes ? 

Faut-il oui ou non que vous utilisiez le mode manuel lors de vos prises de vues ? 

Celui-ci peut-il vraiment changer quelque chose et améliorer le rendu sur vos images ?

Je vais tenter de vous apporter des réponses en vous expliquant les différentes raisons qui poussent certains photographes à utiliser le mode manuel.

C’est seulement en connaissance de cause que vous pourrez vous aussi l’utiliser, ou pas.

Pourquoi et quand faut-il utiliser le mode manuel ?

Tout d’abord, qu’entend-on par mode manuel ?

Généralement, on parle bien de l’exposition manuelle, tout en restant avec l’autofocus activé pour faire la mise au point automatiquement.

Dans le cas où vous souhaiteriez aussi régler manuellement la mise au point de votre objectif, on dit qu’on est en « Tout manuel ou Full manuel ».

Pour faire simple, le mode manuel vous offre un contrôle total sur les paramètres d’exposition.

C’est à dire qu’il vous permet d’agir manuellement sur les valeurs d’ouverture du diaphragme, de vitesse d’obturation et de sensibilité iso, sans qu’aucun automatisme n’entrave votre créativité.

Mais faut-il vraiment l’utiliser tout le temps ?

Afin de bien comprendre pourquoi le mode manuel peut être utile dans certains cas, il convient d’abord de rappeler brièvement les différents modes d’exposition disponibles sur un appareil photo.

Le mode automatique (mode vert) sur les appareils photos a été conçu pour permettre à l’utilisateur de ne pas se soucier des paramètres d’exposition.

Autrement dit, en mode auto, c’est l’appareil photo qui décide à votre place des valeurs d’ouverture du diaphragme, de la vitesse d’obturation ainsi que de la sensibilité du capteur, pour obtenir une exposition correcte. 

La mise au point se fait également automatiquement grâce à l’autofocus lorsque vous maintenez à mi-course le déclencheur de votre appareil photo.

En soit, c’est un super mode car il permet de faire des photos rapidement sans se prendre la tête avec les réglages, mais qui limite fortement la créativité du photographe.

Les modes semi-automatiques quant à eux (modes priorité à l’ouverture et à la vitesse) donnent beaucoup plus de flexibilité au photographe car ils donnent la priorité à l’un ou l’autre paramètre, les autres étant réglés automatiquement.

Vous allez me dire alors pourquoi faudrait-il apprendre à photographier en mode manuel si mon appareil peut régler automatiquement les paramètres de prises de vues à ma place ?

Tout simplement parce certaines situations nous obligent à l’utiliser afin d’avoir un contrôle total sur l’exposition ou à des fins créatives, mais nous allons y revenir tout au long de cet article.

Le mode manuel est également un outil extraordinaire pour comprendre le triangle d’exposition.

Simplement, retenez que l’automatisme peut se tromper et vous faire rater des opportunités de prises de vues car il n’est peut être pas adapté au rendu que vous souhaitez obtenir.

Maintenant, dans quels cas il est intéressant de passer en mode manuel et comment il peut vous aider à améliorer le rendu de vos images !

Quand les conditions d’éclairages sont difficiles

En photo, on est souvent confronté à des conditions de lumière compliquées à gérer, comme les contre-jour par exemple, un des problèmes les plus fréquents.

Dans ce cas là, les modes automatiques ne sont pas recommandés pour arriver à exposer correctement. Vous devrez alors soit utiliser le mode priorité à l’ouverture, soit le mode manuel.

Pour prendre un autre exemple, si la lumière en arrière plan du sujet est beaucoup plus intense que sur le sujet lui-même alors que votre appareil photo est en mode auto, il essaiera d’ajuster les paramètres sur la lumière la plus brillante pour obtenir selon lui une meilleure exposition.

Résultat, le sujet sera sous-exposé, chose que vous ne voulez peut être pas.

À l’inverse de ce type d’éclairage, si votre sujet est très lumineux, mais que l’arrière-plan est très sombre, alors votre appareil photo pourra choisir d’exposer l’arrière-plan plus sombre.

Dans ce cas, le sujet déjà lumineux, se verra surexposé.

Ce type de conditions d’éclairages n’est pas rare, c’est pourquoi certains photographes préfèrent utiliser le mode manuel afin d’obtenir la meilleure des expositions.

Bien entendu, il est possible de gérer ce type d’exposition en mode semi-automatique (priorité ouverture par exemple).

Par contre, retenez que si vous prenez des photos en mode tout automatique, vous laissez votre appareil décider de la luminosité pour chacune d’entre elles.

En fait, votre appareil photo est équipé d’un posemètre qui mesure la lumière entrant dans l’objectif.

En mode automatique, l’appareil prend les informations du posemètre et détermine les réglages idéaux pour la vitesse d’obturation, l’ouverture et la sensibilité ISO afin de produire une bonne exposition lorsque vous prenez la photo.

Si le cadrage est modifié (parce que vous déplacez l’appareil, que votre sujet bouge ou que l’éclairage change), l’exposition peut également changer.

Cela signifie que deux photos prises l’une après l’autre dans la même scène peuvent avoir des expositions très différentes. Cela peut créer un ensemble d’images assez incohérentes.

Pour vous apporter un avis sur les éclairages difficiles à gérer, je dirais simplement que c’est à vous de choisir le meilleur mode d’exposition (priorité à l’ouverture ou mode manuel), selon la nature de votre sujet, votre degré de réactivité face celui-ci et votre maitrise des réglages pour corriger l’exposition.

Quand vous voulez contrôler de manière créative la luminosité globale d’une image

C’est notamment le cas lorsque vous souhaitez obtenir un effet de silhouette. 

Pour arriver à un résultat convainquant, il faut dans un premier temps que votre sujet se tienne devant un arrière-plan lumineux et qu’ensuite vous sous-exposiez délibérément votre image pour qu’il apparaisse sombre. 

Photo de Jonathan Borba

Le mode manuel est très utile dans ce cas là puisque vous allez pouvoir doser finement l’apport de lumière nécessaire sur votre image pour obtenir l’effet escompté.

Certaines techniques en photo demandent également un contrôle total de l’exposition, comme la photographie de poses longues.

C’est une des techniques préférées des photographes de paysage, souvent effectuées en bord de mer, car elle permet d’obtenir des rendus magnifiques sur l’eau.

Photo de zukiman-mohamad

Elle requiert cependant des réglages bien précis pour déterminer la bonne exposition et avoir l’effet voulu. 

En effet, si la durée d’exposition choisie est trop courte, l’image sera sous-exposée avec des noirs bouchés, avec un rendu pas assez visible. 

En revanche, si cette durée est trop longue, l’image risque d’être surexposée avec les hautes lumières cramées, avec un effet excessif. 

L’exposition est d’autant plus délicate lorsqu’on travaille avec des filtres de densité neutre ou dégradés pour corriger les écarts de luminosité. 

Dans ce cas là, l’utilisation du mode manuel devient indispensable.

Bien qu’il s’agisse là de deux techniques différentes avec une approche artistique spécifique, la maitrise de l’exposition reste primordiale pour réussir vos images.

De manière plus générale, la luminosité de votre photo est une préférence personnelle, parfois un choix artistique.

Certains photographes aiment légèrement surexposer leurs images, tandis que d’autres préfèrent les rendre plus sombres, sans aller dans les extrêmes bien sûr. 

Quand on souhaite contrôler la lumière avec des flashes en mode déportés

L’utilisation du flash lorsqu’on est débutant n’est souvent pas la priorité car il reflète une certaine complexité au premier abord, et c’est normal.

Néanmoins, avec un peu d’expérience, vous verrez le flash suscite la curiosité car il vous permettra de palier à des problèmes d’expositions.

Avoir recours au flash cobra est aussi un excellent moyen pour développer sa créativité.

Bien que celui-ci soit généralement utilisé sur le boitier de votre appareil photo en mode automatique pour déboucher les ombres, entre autre, il est aussi très intéressant de le déporter afin de l’utiliser de manière plus créative.

En effet, le flash devient une source de lumière (un petit soleil) que l’on peut modeler grâce à des accessoires de diffusions (parapluies, boites à lumières, panneaux de réflexions etc…), auxquels on peut également y ajouter des gélatines de couleurs pour créer des effets, bref, tout est possible.

Seule votre imagination est votre limite.

Afin d’avoir un contrôle total sur la gestion de la lumière avec des flashes déportés, la plupart des photographes qui excellent dans ce domaine utilisent le mode manuel, même s’il existe le TTL (l’exposition automatique au flash) pour exposer leurs images.

D’ailleurs en photographie de studio, le flash ainsi que l’appareil photo sont utilisés en mode manuel pour pouvoir gérer la lumière avec précision, ce n’est pas un hasard.

Conseils pour envisager la prise de vue en mode manuel

J’espère qu’à ce stade, vous réalisez à quel point il y a un intérêt à photographier en mode manuel ! 

Voici maintenant quelques conseils que vous devez connaître pour mieux l’appréhender.

Ne grillez pas les étapes de votre apprentissage 

La première chose à savoir est que cela peut prendre du temps avant que vous ne soyez vraiment à l’aise pour photographier en mode manuel, surtout si vous commencez tout juste la photographie. 

Je suis conscient que vous devez penser à tellement de choses, comme la composition, la lumière, la mise au point, l’interaction avec le sujet, etc., qu’il peut être difficile de se concentrer sur l’ouverture, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO.

Lorsque j’ai commencé à utiliser un appareil photo, je n’ai pas utilisé le mode manuel tout de suite car cela me semblait trop prématuré !

J’ai longtemps photographié en mode Priorité à l’ouverture jusqu’à ce que je comprenne qu’il était important d’apprendre le mode manuel.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un jour ou l’autre, le passage au mode manuel se fera naturellement et vous semblera plus simple et intuitif. 

Attention, je n’ai pas dit qu’il fallait abandonner les autres modes, vous devez juste apprendre à vous en servir.

La clé pour y parvenir viendra avant tout de votre temps de pratique et de votre assiduité.

Plus vous aurez d’expérience par rapport à la lumière sur le terrain avec les autres modes et plus vous ajusterez instinctivement vos paramètres de façon rapide. 

Je n’ai qu’un mot à vous dire, pratiquez encore et encore !

Commencez par le mode P (Programme)

Si vous débutez de zéro dans le domaine de la photographie, je ne vous recommande pas tout de suite d’utiliser le mode manuel. 

Il est plus sage les premiers temps de commencer par photographier en mode programme (généralement appelé “Mode P“) afin de savoir comment se comporte votre appareil photo face à la lumière et sur votre sujet. 

Le mode P est un peu le mode Auto amélioré, car il vous permet d’avoir une plus grande flexibilité sur l’exposition de vos images et sur d’autres paramètres importants à la prise de vue.

Tout d’abord, vous avez la possibilité de choisir la sensibilité iso, la balance des blancs, le mode de mesure de lumière ou encore le mode autofocus, mais aussi le choix d’activer ou non le déclenchement du flash.

Mais là où le mode P prend l’avantage sur le mode auto, c’est sur le contrôle des paramètres d’exposition.

En effet, le mode programme fonctionne de la manière suivante ; en fonction de la lumière et du mode de mesure choisis, le mode P va vous proposer différents couples ouverture/vitesse que vous pouvez choisir en tournant la molette principale de votre boitier.

Tous les couples calculés au moment de la prise de vue par l’appareil photo vous permettent d‘obtenir une exposition correcte.

Le mode P est idéal si vous avez besoin d’avoir une certaine réactivité sur le terrain.

Pour bien comprendre pourquoi c’est un mode intéressant, imaginez que vous êtes en ville en train de photographier un monument, lorsque tout à coup, vous décidez de figer l’action d’un sujet qui se déplace rapidement devant. 

Avec le mode P, vous pouvez d’une simple action sur la molette, choisir rapidement une durée d’exposition relativement courte par rapport au sujet. 

L’ouverture sera ainsi calculée automatiquement par rapport à la vitesse d’obturation et la sensibilité choisies.

Enfin, si vous avez envie de rectifier la mesure calculée par l’appareil photo, c’est possible de le faire grâce au bouton de compensation d’exposition.

Contrairement au mode tout auto, le mode P est selon moi le mode à privilégier si vous souhaitez commencer à exprimer votre créativité, améliorer le rendu de images, tout en restant dans un mode automatique modifiable.

Passez ensuite au mode priorité à l’ouverture

Une fois que vous êtes à l’aise avec le mode Programme, vous pouvez passer au mode Priorité à l’ouverture.

Dans ce mode, c’est vous qui fixez la valeur d’ouverture. 

L’appareil photo calcule automatiquement la vitesse d’obturation en fonction de la sensibilité iso choisie et de la luminosité. 

Le mode Priorité à l’ouverture est particulièrement adapté à la photographie de portrait ainsi qu’à la photo de paysage, pour lesquelles on a besoin d’avoir un contrôle sur la profondeur de champ. 

Pour rappel, afin d’obtenir une petite profondeur de champ (petite zone de netteté), vous devrez choisir une grande ouverture (petits chiffres, comme f/1.4, f/2.8, f/4).

À l’inverse, pour avoir une grande zone de netteté (grande profondeur de champ), vous devrez choisir une petite ouverture (grands chiffres, comme f/8, f/11, f/16).

En photo de portrait, une grande ouverture est souvent préférable pour détacher le sujet d’un arrière plan flou.

En photo de paysage, c’est un peu l’inverse, on va plutôt privilégier une grande profondeur de champ en choisissant une petite ouverture pour augmenter la zone de netteté dans l’image, afin d’avoir un avant plan et un arrière net.

Le mode priorité à l’ouverture est l’un des plus utilisé en photographie car c’est un mode très créatif grâce au contrôle de la zone de netteté.

Une fois que vous êtes à l’aise avec le mode Priorité à l’ouverture, vous pouvez aisément commencer à utiliser le mode manuel !

Préférez le mode priorité à la vitesse pour une plus grande réactivité

Quant au mode priorité à la vitesse, il est principalement utilisé pour être le plus réactif possible face à un sujet en mouvement, comme en photographie sportive ou animalière.

Si vous voulez figer complètement une action, comme celle d’un enfant qui fait de la balançoire ou qui court par exemple, alors vous devrez utiliser une durée d’exposition relativement courte.

Oubliez donc le mode manuel si vous voulez être rapide et efficace et privilégiez le mode priorité à la vitesse.

Pour rappel, la vitesse d’obturation peut vous permettre de restituer le mouvement de diverses façons pour rendre l’image plus vivante.

En effet, c’est en choisissant des temps de poses plus lents qu’en temps normal que l’on peut suggérer un mouvement sur l’image, en rendant le sujet (en entier ou en partie), plus ou moins flou.

Pour prendre un exemple simple, vous pouvez montrer le mouvement des voitures la nuit grâce aux traînées lumineuses des phares.

Vous pouvez également retranscrire précisément l’écoulement de l’eau d’une cascade en jouant sur différentes durées d’expositions.

D’ailleurs, comme je l’ai précisé plus haut dans l’article, le cas particulier des poses longues impliquent le plus souvent l’utilisation du mode manuel pour arriver à une exposition correcte, en jouant sur tous les paramètres, mais également à un rendu bien précis que l’on souhaite obtenir.

N’oubliez pas que c’est vous qui décidez d’appliquer les bons réglages pour représenter le mouvement idéal, et non l’appareil photo.

Parfois, il est normal que plusieurs essais soient nécessaires avant d’arriver à un résultat satisfaisant.

Priorité à l’ouverture vs Mode manuel

Je pense qu’il y a des situations où il est préférable d’utiliser la priorité à l’ouverture plutôt que le mode manuel.

En effet, parfois, les conditions de lumière peuvent changer si rapidement que vous risquez de manquer l’occasion de faire une photo si vous essayez d’ajuster vos paramètres manuellement. 

D’ailleurs, je vous déconseille d’utiliser le mode manuel lors de prises de vue photo de reportage, de sport, d’animalier, lorsque la lumière est en constante évolution. 

Privilégiez des modes d’expositions adaptés à la situation et au sujet.

Ne pensez donc pas que le mode manuel est la seule solution possible. 

L’essentiel est d’être à l’aise dans tous les modes d’exposition.

Finalement, le mode manuel est-il d’une nécessité absolue ?

Comme vous vous en doutez déjà, absolument pas, vous savez désormais qu’il est plus intelligent de penser que le mode manuel doit être utilisé selon certaines situations.

La prise de vue en mode manuel est à mon sens le meilleur outil à votre disposition pour vous aider à comprendre la lumière, la profondeur de champ, la vitesse d’obturation, l’exposition générale, et la mise au point.

Donc oui, vous pouvez photographier en mode manuel seulement en connaissance de cause, mais pas tout le temps.

Il ne faut pas oublier que votre appareil photo dispose d’un grand nombre de réglages pour une raison précise et que chacun d’entre eux ont leur importance. 

C’est à vous seul de choisir le meilleur pour la création de vos images.

Si vous avez avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager et à me le faire savoir en commentaire.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Si oui, cliquez sur une étoile pour attribuer une note 😉

Note moyenne : 4 / 5. Nombre de notes : 1

Aucune note encore ! Soyez le premier à noter cet article.

Oula...Vous n'avez pas apprécié cet article, j'en suis désolé....je suis loin d'être parfait.

Laissez-moi améliorer cet article grâce à vos recommandations !

Qu'espériez-vous ?

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires