Lorsqu’il fait beau, les envies d’aller faire de la photo ne manquent pas et surtout lorsqu’on aime photographier des fleurs et autres insectes en gros plan.

Dans la nature, vous trouverez une source inépuisable de sujets à mettre en valeur lors de vos sorties photo macro.

Vous avez donc l’embarras du choix pour trouver votre sujet de prédilection, comme des gouttes d’eau, des champignons, des batraciens et bien d’autres.

La photographie macro est une pratique fascinante qui vous plonge dans un autre monde, mais pour réussir à faire de belles photos macro, ce n’est pas si simple, surtout si vous débutez dans ce domaine.

Je vais donc vous apportez quelques conseils qui je l’espère, vous permettront d’améliorer vos photos macros lors de vos prochaines ballades photographiques.

Je ne rentrerais pas dans les détails de la technique macro pure car c’est un sujet vaste et complexe qui demanderait plusieurs articles pour tout évoquer.

Cet article est rédigé pour celui qui débute dans le domaine de la photo macro.

Choisissez votre matériel photo macro en fonction de la taille du sujet

Avant de parler de matériel, vous devez comprendre que le terme de macrophotographie, super macro ou hyper macro désigne le pouvoir de photographier un sujet à sa taille réelle, autrement dit, au rapport minimum de 1:1. C’est important de savoir ça pour la suite 😉

Si la taille de ce sujet fait un centimètre, celui-ci aura la même taille sur le capteur de votre appareil photo.

Au rapport de grossissement 2:1, elle sera de 2cm et ainsi de suite.

Ce rapport varie de 1:1 à 10:1. Au-delà, on parle alors de photomicrographie.

Si par contre, ce rapport est en dessous de la taille réelle du sujet, c’est à dire entre 1:1 et 1:10, alors on ne parle plus de photo macro mais de proxiphotographie, autrement dit, de la photographie rapprochée.

Celle-ci est trop souvent confondu à la vraie macrophotographie.

C’est en sachant la taille du sujet que vous souhaitez photographier que vous saurez quel matériel utiliser.

Je vous renvoie donc vers un de mes articles sur le matériel photo macro.

Scrutez la bonne lumière et arrivez au bon moment bien habillé

D’une manière générale en photographie, et pour obtenir des images de qualité, il est impératif d’avoir une bonne lumière lors de ses prises de vues.

Lorsqu’on fait de la photo macro en lumière naturelle, c’est pareil. Il est préférable d’obtenir une lumière douce et chaude de préférence.

Évitez de photographiez quand le soleil se montre trop violent, surtout quand il est au plus haut, car sa lumière provoque des ombres dures et marquées.De plus, certains insectes ou même les fleurs, réagissent mal à cette lumière trop violente. Elle occasionne des surexpositions qui ne sont pas très flatteuses.

Je vous conseille de photographier lorsque le soleil émet ses premiers rayons et en fin de journée. Vous pouvez ajoutez à cela un réflecteur pour amener de la lumière et créer du relief, ou encore utilisez un diffuseur pour estomper les ombres et obtenir une homogénéité sur l’ensemble de l’image.

Si vous souhaitez tout de même faire de la photo macro en milieu de journée, trouvez plutôt un coin ombragé mais suffisamment lumineux, sinon attendez que des nuages viennent couvrir le ciel. Ils agiront comme un gigantesque voile diffuseur de lumière, créant des ombres plus douces.

Mais ce n’est pas tant cela le problème, car en macrophotographie, la lumière se fait rare.

En effet, plus le rapport de grossissement est élevé, donc plus on est près du sujet, plus la lumière décroit rapidement, surtout lorsque les conditions de luminosité ne pas suffisantes, et d’autant plus lorsqu’on utilise des petites ouvertures de diaphragme.

Nous verrons ça plus en détails un peu plus bas.

Pour compenser cette perte de lumière et résoudre ce problème, vous avez plusieurs solutions.

  • Utiliser une grande ouverture afin de faire passer le plus de lumière possible.
  • Augmenter le temps de pose pour faire rentrer le maximum de lumière.
  • Augmenter la sensibilité de votre appareil photo.
  • Utiliser un ou plusieurs flashs, pour s’en servir comme éclairage principal ou simplement pour déboucher des ombres.

Ensuite, il convient de trouver le moment le plus opportun pour faire de la photo macro.

Les insectes sont en général plus actifs et donc plus craintifs quand la température ambiante est élevée, ce qui rend la capacité à les prendre en photo plus difficile.

Je vous conseille vivement d’arriver tôt le matin ou en fin d’après-midi pour que ces petites bêtes soient plus enclins à prendre la pose plus facilement.

Vous aurez ainsi la liberté d’arriver sur les lieux sans trop effaroucher vos prétendants.

Quant à votre tenue vestimentaire, elle doit être irréprochable. C’est à dire qu’elle doit faire partie intégrante du milieu dans lequel vous êtes.

Eh oui, dans la nature, il faut se confondre avec l’environnement afin de ne pas effrayer les animaux. Cette astuce augmentera vos chances de les photographier en toute discrétion 😉

L’art du camouflage en photographie macro est une des clés pour réussir à faire des photos dans de bonnes conditions.

Savoir gérer la profondeur de champ en macrophotographie

La difficulté d’obtenir une grande zone de netteté en photo est macro est réelle, et ce d’autant plus lorsque le rapport de reproduction est important.

Le capteur de votre appareil photo joue également un rôle dans la notion de gestion de profondeur, car plus il est grand, plus l’étendue de la netteté sera faible.

Celle-ci dépendra aussi de la focale utilisée. Si elle est courte, par exemple pour un 50mm macro, la profondeur de champ sera plus grande et inversement.

L’autre paramètre qui influe sur la zone de netteté est bien entendu l’ouverture du diaphragme.

En macro, la profondeur de champ est très courte, de l’ordre de quelques millimètres. C’est une difficulté à laquelle vous serez confronté au début car il faut bien avoir les yeux en face des trous.

Pour commencer, je vous conseille d’opter par de petites ouvertures, en commençant par F/8. Certains appareils photo sont dotés d’un testeur de profondeur de champ. En appuyant sur le bouton qui lui est attribué, il permet de fermer le diaphragme à sa valeur réelle pour ainsi visualiser la zone de netteté sans avoir le besoin de déclencher.

Pour obtenir plus de volupté sur vos images, n’hésitez pas à utiliser de grandes ouvertures, cela favorisera un flou plus doux et plus harmonieux.

Mais attention, vous n’aurez pas droit à l’erreur quant à l’étroitesse de la profondeur de champ.

Soignez votre cadrage, la composition et l’arrière-plan

Une photo macro réussie réside aussi par le soin des règles de compositions et de cadrages. La plus basique qui soit en photographie, est la règle des tiers.

fourmi-macro-regle-tiers

..i’m on fire.. by Donald Jusa

Placer son sujet sur un des points d’or ou lignes de forces fonctionne très bien en macro, n’hésitez pas à les employer.

arraignee-photo-lignes-forces-regle-des-tiers

..hi there, here i’am.. by Donald Jusa

Mais on peut aussi déroger à la règle et mettre son sujet au centre de l’image quand le rapport de grossissement est important, afin de montrer l’aspect symétrique d’un sujet. Un cas particulier utilisant la technique du Focus Stacking mais qui mérite de démontrer ce rendu.

symetrie-macro-photo-fourmi

Grey ant by Donald Jusa

Jouez avec les diagonales, les lignes et les courbes pour créer du dynamisme et faites en sorte de placer votre sujet sur un point de force, l’impact n’en sera que plus fort dans l’image. Vous trouverez bon nombre de brindilles et autres feuillages pour les inclure facilement dans vos compositions.

Le sens de la lecture sur une photo est essentiel car il guide le regard vers le sujet principal. Évitez de photographier vos sujets en vue du dessus (même si cela peut fonctionner dans certains cas de figures), mais essayez plutôt de photographier en vous plaçant à leur hauteur.

L’angle de prise de vue est aussi très important en macro photo. Rappelez-vous que la profondeur de champ est parallèle au capteur de votre appareil photo.

Pensez alors à incliner votre appareil photo pour gérer la partie floue et nette.

En macrophotographie, il faut être réactif, et appliquer naturellement ces recommandations, aboutira certainement à des images réussies.

Seulement, il reste encore un point à ne surtout pas négliger, c’est l’arrière-plan.

Lorsqu’on débute dans ce domaine, on est trop absorbé par notre sujet et on oublie de regarder ce qui se passe autour.

Pour garder l’esthétisme d’un bokeh, il convient de dégager les éléments gênants tout en respectant l’environnement.

Low Angle by Donald Jusa

Je ne vous fait pas de leçon, mais pour moi, il est inconcevable d’arracher quoi que ce soit sous prétexte que l’arrière plan n’est pas assez uniforme.

Retenez simplement que l’arrière-plan ne doit pas être qu’un fond neutre sans relief.

Il doit y avoir des nuances, des couleurs, des ombres et de la lumière. Votre arrière-plan doit être harmonieux sans qu’il ne paraisse fade ou surchargé. A vous de trouver le bon compromis 😉

Ne négligez pas la mise au point

Nous l’avons vu, en macrophotographie, la profondeur de champ est très faible au fur et à mesure que le grossissement est important.

Une autre difficulté vient donc s’ajouter à celles que nous avons évoquées, la mise au point.

Elle est délicate et se doit d’être précise dans une zone de netteté relativement faible.

arraignee-macro-mise-au-point

Jumping Spider by Thomas Shahan

Pour parvenir à réaliser une mise au point parfaite, je vous recommande fortement de débrayer l’autofocus pour passer en mode manuel.

L’objectif n’est pas de tourner la bague de mise au point comme beaucoup de photographes débutants en macro le font dans ce cas précis. Comprenez que ce n’est pas une solution pratique.

La bonne technique à adopter est de choisir dans un premier temps, un rapport de grossissement, puis d’avancer doucement vers le sujet pour arriver enfin dans la zone de netteté.

C’est en vous approchant et en vous reculant lentement que vous arriverez rapidement à faire une mise au point précise sur un sujet.

Il existe un accessoire qui peut vous faciliter la tâche quand vous photographiez à l’aide d’un trépied. C’est le rail de mise au point ou rail micrométrique.

rail micrometrique

Ce rail micrométrique en aluminium possède 4 positions permettant le déplacement de gauche à droite et d’avant en arrière. Idéal pour réaliser une mise au point précise.

Cet outil formidable vous permet très facilement et très précisément de mettre au point un sujet en tournant une simple molette, d’avant en arrière et de gauche à droite, alors que le trépied, lui, reste cloué au sol. Un excellent rapport qualité/prix pour débuter. Cliquez sur l’image ci-dessus pour plus de détails 😉

Attention à la stabilité de votre matériel

Lorsque vous êtes en train de photographier en macro, il faut que vous soyez à l’aise tout en étant stable, car souvent, vous serez amené à prendre des positions au sol pour le moins inconfortables.

La vitesse d’obturation est un paramètre qu’il faut prendre en compte pour assurer une photo nette à main levée et ainsi éviter le flou de bougé.

Le temps de pose doit être suffisamment rapide pour figer le mouvement. Vérifiez alors qu’il est proportionnel à la focale utilisée.

Pour viser et faire le point correctement à main levé, je vous suggère de bien tenir votre appareil photo. Sans blague me direz-vous 🙂

Il est quand même bon de rappeler qu’il faut soutenir votre objectif avec votre main gauche et que vos coudes soient bien plaqués contre vous.

Il existe une manière simple terriblement efficace et pas chère pour stabiliser l’ensemble de votre matériel photo.

C’est la technique de la ficelle. Il suffit de l’entourer autour de votre objectif puis de la tendre jusque sous votre pied. Maintenue en tension, elle vous garantie une stabilité très efficace lorsque vous serez en position debout.

Si vous photographiez au ras du sol, la position adéquate est de s’allonger en prenant appuie sur vos coudes. Sinon, vous pouvez également acheter ou fabriquer un support pour poser votre appareil photo, comme le bean bag ou le très efficace sac de riz (rice bag).

L’usage du trépied en macro est fortement recommandé. En plus d’assurer une excellente stabilité à votre appareil photo, il libère vos mains, vous laissant la possibilité de placer des éclairages si besoin.

Ce support stable vous offre l’énorme avantage de pouvoir travailler à des sensibilités basses, et donc à des vitesses lentes.

Mais rappelez-vous tout de même qu’il est fortement recommandé de lui adjoindre un rail micrométrique (j’y reviens plus bas dans l’article), car sans lui, le trépied n’est pas vraiment pratique à utiliser, contrairement à d’autres usages en photo.

Pour encore plus de flexibilité, je vous conseille d’utiliser un trépied muni d’une colonne inclinable. Elle permet de plus facilement orienter l’appareil photo vers le sujet et varier les cadrages rapidement tout en assurant une parfaite stabilité à l’ensemble de votre matériel photo.

Si vous n’avez pas encore de trépied photo, je vous invite à voir mon article sur « comment choisir un trépied« .

Pour faciliter le transport et réduire l’encombrement lors de vos ballades, emportez avec vous un mini trépied. Il doit être suffisamment costaud pour supporter le poids de votre matériel.

Prenez garde au vent et soyez patient

Si vous n’avez jamais pratiqué de photo macro, vous allez vite vous rendre compte que le vent est l’ennemie numéro en macrophotographie. Il peut très vite vous gâcher une séance photo et vous faire repartir bredouille. Soyez-en conscient et usez de ruses pour le contrer.

Alors, un bon conseil, vérifier la présence de vent avant d’aller faire de la photo macro.

Mis à part ça, et si vous tenez vraiment à obtenir de belles photos de macro, le maitre mot, c’est la patience 😉

Certains insectes, papillons et autres libellules sont farouches et peuvent rapidement fuir à l’idée de voir arriver devant eux, une masse mouvante. C’est pourquoi vos mouvements ne doivent pas être trop brusques à l’approche.

Alors, prenez le temps d’observer et déplacez-vous lentement 😉

Si vous souhaitez en savoir plus dans ce domaine et enrichir vos connaissances pour mieux photographier sur le terrain, je vous recommande le livre d’un jeune photographe autodidacte passionné de photo macro, Clément Wurmser. Cliquez sur la couverture du livre pour plus d’infos 😉

J’espère que ces conseils vous aideront à faire de belles photos macro 😉 N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux !

7 conseils pour faire de la photo macro quand on débute
4.4 (87.27%) 11 votes

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
1 Réponses aux commentaires
0 Followers
 
Most reacted comment
Discussion la plus commentée
2 Auteurs de commentaires
Sebkaroline Derniers commentateurs
karoline
karoline

Merci pour cet article ! Tout est vraiment complet, et c’est vraiment bien illustré ! Les images font rêver ! Néanmoins j’ai quand même un petite question.. J’ai récemment acheté une bague allonge pour mes photos macro, sur mon canon eos 350D et ma zone de netteté se fait seulement sur une petite partie linéaire et horizontale de l’image. Il y aurait une astuce pour ça ? Merci encore !